ARTICLE INTERVIEW 
ALINE LEBERT

Un parcours riche 

Après avoir travaillé une vingtaine d’années dans le milieu de la protection de l’enfance en tant qu’éducatrice spécialisée, Aline Lebert, devient consultante en bilan de compétences. Ayant monté un service de validation des acquis en université, son rôle durant cette période est d’accompagner les adultes à analyser et théoriser leurs savoir-faire et savoirs afin d’obtenir un diplôme. 


 

Un intérêt naissant pour la philosophie 

Titulaire d’un DESS en sciences de l’éducation, elle décide il y a environ 3 ans de reprendre ses études et obtient le Diplôme Universitaire « Concevoir et animer des ateliers de philosophie avec les enfants à l’école et dans la cité » de l’université de Nantes. Elle a eu envie de reprendre des études en pratique de la philosophie en entendant, un matin à la radio, une interview de Frédéric Lenoir, le sociologue qui a démocratisé la pratique de la philosophie pour les enfants en France en fondant l’association SEVE. Pour Aline, entendre parler de la philosophie pour les enfants a été un véritable déclic et a été une véritable découverte pour cette pratique. Suite à cet événement, elle décide de suivre une formation à la pratique de la philosophie dans l’association SEVE, durant 4 week-ends. Elle décide ensuite de prolonger son apprentissage afin d’être suffisamment armée pour pratiquer la philosophie et c’est à l’université de Nantes qu’elle achèvera sa formation. Pour Aline, cette reprise d’étude était un moyen de se faire plaisir en étudiant un domaine qui l’intéresse à un moment de sa vie où elle avait du temps à y consacrer. 

Rencontre avec Annie Mako

Elle rencontre Annie Mako, fondatrice et directrice artistique de l’association, Bête à Bon Dieu Production, à l’occasion d’un stage en tant que praticienne philo, sur la période 2020-2021. Durant cette expérience, Aline a pu participer pour la première fois à l’organisation de la 3ème éditons du Festival Philoscène en juin 2021. Elle a notamment co-écrit le jeu de cartes de la performance de La Rue S’étonne, avec Annie Mako, conceptrice de cette performance et du jeu de cartes,  conseillées par Claude Lupu, professeur de philosophie en lycée. En parallèle, elle participe à l’animation des ateliers philoscène avec Annie Mako. À l’issu de son stage en septembre 2021, Aline intègre l’équipe d’Annie et devient membre active de l’association. Depuis, elle est notamment chargée de la coordination de certains ateliers et participera à la performance de La Rue S’étonne en tant que praticienne Philo, elle sera en binôme avec un comédien pour questionner les habitants du 14ème sur le thème du Festival 2022 : "Désir(s) de Liberté ?" 

 

Le sujet de son mémoire 

Le sujet qu’Aline a choisi pour son mémoire de fin d’études est l’utilisation des jeux de cartes pour la pratique de la philosophie et leur usages en atelier philo pour les enfants et pour tous les publics. Sa recherche lui a permis de comprendre comment ce support peut aider les participants à conceptualiser et à argumenter les questions posées. Ce qui lui a donné envie de participer au Festival Philoscène, c’est de tester le jeu de cartes La Rue S’étonne dans les rues, auprès des passants.

Activité actuelle

Aujourd’hui Aline intervient dans des classes ou groupes d’enfants pour mener des ateliers philo liés aux jeux.

 

Découverte du Festival Philoscène

Aline Lebert a connu l’association Bête à Bon Dieu Productions et le Festival Philoscène il y a quelques années grâce au buzz de l’association sur les médias sociaux, notamment sur Facebook. “Les personnes qui vivent dans le 14ème arrondissement de Paris connaissent généralement l’association et ses activités grâce à Facebook mais aussi avec le bouche à oreille”.  

Avant même de s’intéresser à la pratique de la philosophie, Aline Lebert savait que Philoscène organisait un Festival Philo pour les enfants et les personnes ayant un handicap. 

 

Ce qu’elle aime dans le Festival Philoscène et son association

Elle a tout d’abord apprécié le concept du Festival Philoscène qui est de faire descendre la philosophie dans la rue pour permettre à tout le monde de pratiquer. Cela permet de contribuer à vulgariser, à démocratiser la pratique de la philosophie dans la rue pour tous les publics (familles, enfants, personnes valides ou non valides). Selon elle, le Festival permet de prouver que philosopher, ce n’est pas réserver aux grands auteurs et philosophes. “Il est tout à fait possible de discuter et de susciter des moments d’échanges philosophiques, comme des flashs philosophiques très bref” alors que les gens ne s’y attendent pas. “Ils sont pour la plupart en train de faire leurs courses et on vient les interpeller pour leur proposer de venir penser pendant un quart d’heure avec des inconnus, c’est ça qui est génial”. “La Rue S’étonne, c’est 15 minutes de réflexions avec des passants dans la rue durant lesquelles il y a une vraie pensée qui s’élabore entre les personnes”. 

 

Quel Avenir pour le Festival 

Ce que Aline Lebert apprécie particulièrement avec le Festival Philoscène, c’est le fait qu’il se fasse en partie dans les espaces publics en extérieur. Cette initiative a été décidée pour la 3ème édition du Festival en 2022 par Annie Mako, suite à la situation sanitaire du Covid 19, ne permettant pas d’investir les lieux cultures et sociaux culturels comme les éditions précédentes. Ainsi tout l’équipe Philoscène a pu s’adapter et le Festival perdurer. Pour Aline, c’est une bonne orientation qui permet de toucher le plus de monde possible. 

 

Les bienfaits pour les participants

Pour illustrer ce que les Festival Philoscène apporte à ceux qui y participent, Aline Lebert a repris une expression d’Edwige Chirouter, présidente d’honneur du Festival, philosophe et didacticienne de la philosophie  : “Oasis de pensée”. Pour Aline, c’est une belle expression qui décrit bien l’initiative du Festival. Selon elle, Philoscène c’est une partie, d’une oasis de pensée. “C’est la possibilité en allant faire ses courses le matin de se laisser surprendre et de philosopher avec les autres, ça leur permet de s’extraire du quotidien et de s’autoriser à pratiquer la philosophie”. 


 

3 mots pour décrire le Festival Philoscène 

Pour Aline Lebert, Le Festival Philoscène est synonyme d’étonnement, de jeux et est accessible à tout le monde. 


 

Le thème de cette année “Désir(s) de Liberté ?”

Aline Lebert pense que le thème de cette année : “Désir(s) de Liberté ?“ évoque “une grande ouverture”. Tout comme le thème de l’année dernière portant sur le rêve, c’est un sujet large que tout le monde peut s’approprier et est libre d’orienter comme ils le veut.

 

 

 

Je souhaite remercier Aline Lebert pour sa disponibilité et son enthousiasme durant cette interview. Elle contribue et soutient activement le développement du projet du Festival Philoscène depuis 2021 et nous souhaitons la remercier pour son implication.  Aline fait partie des personnes qui contribuent à démocratiser la pratique de la philosophie liée aux arts vivants au sein de notre association, Bête à Bon Dieu Production. 

 

Léa Faydide